Accéder au contenu principal

Ne Tirez pas sur l'Oiseau Moqueur

Auteur: Harper Lee
Éditions: Le livre de poche
4ème de couverture:
Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.
Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au coeur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès et reçut le prix Pulitzer en 1961. Il ne suffit pas en revanche à comprendre pourquoi ce roman est devenu un livre-culte aux Etats-Unis et dans bien d'autres pays, pourquoi, lors d'une enquête réalisée aux Etats-Unis en 1991, sur les livres qui ont changé la vie de leurs lecteurs, il arrivait en seconde position, juste après la Bible.
 
Le livre objet:
Comme toujours, j'aime avoir mes classiques en poche tout simple. Bon, pas grand chose à dire sur la couverture si ce n'est qu'on a vu mieux... C'est finalement le contenu qui est intéressant puisqu'on retrouve, après l'histoire, une postface nous apprenant diverses choses. J'ai quand même appris la base perso : l'auteur, c'est une femme (ben oui.) et le livre a reçu le Pulitzer en 61 (Ah quand même!).
***

J'ai beaucoup aimé ce livre. Ce n'est pas un de ces bouquins qu'on dévore en une nuit (assise sur le sol de la salle de bain... ahem.) parce qu'il  nous est viscéralement impossible de le reposer. Ce n'est pas non plus un livre qui, une fois fini, réveille une espèce d'euphorie en vous que vous avez besoin d'extérioriser (... Vous savez comme une cocotte minute qui chauffe, chauffe, chauffe pendant tout le livre et à la fin de votre lecture vous avez tellement aimé que vous faites le bruit de l'espèce de bouchon qui tourne... Au passage ce truc me faisait trop peur quand j'étais petite, j'étais persuadée que si je rentrais dans la cuisine il allait se détacher et voler comme une fusée à l'intérieur de mon crâne... C'était l'info indispensable du jour).
Ce livre, c'est simplement un livre excellent à sa manière. Il s'insinue doucement en vous, vous accroche à son histoire, à ses personnages, vous apprend des choses sur une époque si différente de la notre, vous énerve, vous plombe le moral, vous donne de l'espoir... Ce livre, il reste ancré en vous parce que d'une certaine manière, même si c'est une variation infiniment petite, il vous change, il vous fait grandir.

Ce que j'ai aimé:
- Même si ça m'a décontenancée au début, j'ai aimé que la narration vienne d'une petite fille (et quelle gamine!). Finalement, Harper Lee se sert de la "parole facile" des enfants pour dénoncer certaines croyances sociales et religieuses trop bien ancrées dans les années 30. Un enfant, ça dit ce que ça pense, c'est parfois touchant, parfois agaçant, mais on leur pardonne toujours leurs paroles, et on leur explique tout. Ainsi en passant par un tel récit, Harper Lee a pu dire ce qu'elle pensait de manière simple et sans jugement.
- L'humour présent tout au long du livre; que ce soit celui de Scout (la narratrice) ou bien celui d'Atticus, son père, dont elle rapporte parfois les paroles sans les comprendre ce qui la rend d'autant plus attachante au lecteur. C'est aussi ça qui est agréable dans ce livre: il peut se lire à plusieurs niveaux. C'est un bon récit d'initiation pour les enfants qui apprendront tout comme Scout certaines choses tout au long de ce livre, se sentant probablement perdus en même temps qu'elle. C'est aussi tout simplement un bon roman adultes ou jeune adulte comme moi qui souhaitent en apprendre plus (tout en cernant l'humour plus subtil de l'auteur, humour très agréable et intelligent au passage...).
- Un roman qui dénonce doucement les effets de préjugés raciaux et religieux sur les individus et nous montre la puissance de l'effet de groupe sur les décisions d'un homme.
- Atticus Finch: modèle de droiture, c'est un homme gentil, généreux et juste. Un père incroyable qui m'a émue plus d'une fois. Si tous les hommes éduquaient leurs enfants de cette manière, le monde ne serait pas tel qu'il est aujourd'hui...

Ce que je n'ai pas aimé:
- Une première partie posant le décors et nous permettant d'apprendre à connaître les personnages un peu longue... J'aurais aimé en savoir plus sur le travail d'Atticus en amont du procès ; cela dit je comprends que, puisque la narratrice n'est autre qu'une petite fille, ce n'était pas possible (et ce n'était pas non plus le but...).

En bref: Pour moi ce livre fait parti des livres qu'il est bon d'avoir lu ne serait-ce qu'une fois dans sa vie histoire de s'ouvrir à autre chose, histoire d'apprendre, de comprendre, de compatir aussi d'une certaine manière. A travers ce livre, vous passerez de l'incompréhension de certaines croyances à l'indignation de certains actes, tout en ayant la sensation d'assister à cela de vos propres yeux d'enfant grâce à une narration parfaitement maîtrisée.

A lire si: Vous avez envie de lire un classique américain qui saura vous toucher et vous offrir une belle leçon de tolérance.
A ne pas lire si: L'Alabama des années 30, franchement, ce n'est pas votre délire! Ce que j'aurais dit aussi il y a 4 jours remarquez...

Quand même, pour les réticents, je voudrais juste répéter qu'on est dans la tête d'une enfant... Autant vous dire que le style n'est pas pompeux ni trop lourd pour un "classique"... On lit pas du Zola là hein! (Pardon, j'aime pas Zola. Il se shoote à la description cet homme-là)


Commentaires

  1. J'adore ton billet car il résume à merveille ce que j'ai ressenti lors de ma lecture !
    Je ne pense pas oublier de sitôt la petite Scout, et je trouve super que ce roman fasse parti du programme scolaire américain... Merci :)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai en VO sur mon étagère depuis presque un an. J'avais envie de le lire depuis Le monde de Charlie, mais j'ai toujours pas passé le cap. Ton avis va t'il me remotiver ? C'est fort possible :p

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais envisagé de lire ce livre mais pourquoi pas :D

    RépondreSupprimer
  4. Aah il m'attend sagement dans ma pal, lui...Promis, je m'y met bientôt^^

    RépondreSupprimer
  5. Je voulais le lire pour l'année prochaine, et avec ta chronique ce livre me tente encore plus :)

    RépondreSupprimer
  6. A la base je pensais que l'auteur était un homme ^^
    J'avais trouvé le début long aussi mais beaucoup aimé parce que c'est intéressant. Comme toi je pense que c'est le genre de livres à lire au moins une fois, et la partie du procès était géniale >.<

    RépondreSupprimer
  7. Très belle chronique !
    J'avais lu ce livre parce qu'ils en parlaient beaucoup dans la saga 16 Lunes, j'étais curieuse ! Et bien que je l'ai trouvé un peu étrange au début j'en garde un très bon souvenir !

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de le finir et même si je suis moins emballée que toi, j'ai bien apprécié

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Je viens de découvrir que je pouvais mettre un message ici... Bonjour. Si vous laissez un commentaire vous aurez des crêpes au nutella.

Posts les plus consultés de ce blog

{CHRONIQUE} Simon Thorn revient, plus en forme que jamais !

Auteur : Aimée Carter Éditions : Michel Lafon
Traduction : Cyril Laumonier
310 pages - 14.95€
Attention : Chronique comprenant des spoilers sur les 2 tomes précédents !
C'était encore une fois un grand plaisir de retrouver Simon pour la suite de ses aventures avec un troisième tome 100% captivant !
Résumé : Simon Thorn est prêt à tout pour protéger les Animalgames, ceux qui, comme lui, ont le don de se changer en animaux. Pour cela, il doit empêcher le terrible Orion de reconstituer une arme à la magie si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur le monde entier.
Aussi, lorsque son meilleur ami Jam est convoqué à Avalon, le royaume sous-marin, Simon voit là une parfaite opportunité de trouver puis de protéger le fragment d’arme qui y est caché. Mais sous l’océan, la vie est bien plus dangereuse qu’à la surface. D’autant plus qu’un traître s’est glissé parmi les proches des garçons. Un traître qui attend patiemment son heure pour servir les noirs desseins de son maître…
J'…

{CHRONIQUE} J'ai lu le pire livre de ma vie...

Autrice : Audrey Carlan Éditions : Hugo Roman Traduction : Lucie Marcusse Prix : Trop. Cher.
En temps normal, je ne chronique pas les livres que j'ai détesté et, si je suis obligée de le faire, j'essaie quand même d'expliquer ce qu'il y a de positif dans le livre (tout en restant honnête, bien sûr). Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre que j'ai vraiment, vraiment, VRAIMENT détesté. Je ne vais m'imposer aucune limite dans mon honnêteté, et ça va piquer. Ce qui me rassure, c'est que l'auteure a un succès monstre (enfin ça me rassure... Non, ça m'inquiète en vrai. M'enfin.) et que je ne vais donc pas tacler une petite auteure qui tente de se faire sa place.
Bref... Allons-y gaiement.
Résumé : Un homme au service des femmes. Découvrez le premier opus de l'agence de coaching dont vous ne pourrez plus vous passer. Faites la connaissance de Parker Ellis et ses comparses. La première mission de l'agence International Guy se dé…

La Muse des Cauchemars - Suite et fin parfaite de l'incroyable série de Laini Taylor : Le Faiseur de Rêves

Autrice : Laini Taylor Éditions : Lumen Traduction : Sarah Dali Couverture : Jantine Zandbergen 629 pages - 16.00€
SPOILER ALERT :Si vous n'avez pas lu le Faiseur de Rêves, ne lisez pas cette chronique !
La chronique ICI
Résumé : Le rêve comme seul rempart contre la violence du monde Il est un monde où hommes et femmes naissent avec un don précieux, dont seuls les plus puissants gagnent le droit de se servir en temps utile, mais toujours au nom de l'Empire. À respectivement seize et dix-sept ans, Nova et Kora rêvent du jour tant attendu où des envoyés à la peau bleue viendront enfin les enlever. Alors, seulement, elles pourront accomplir leur véritable destin.

Très loin de là, à travers l'espace et le temps, dans la mythique Cité oubliée – qu'après tant d'années, Lazlo Lestrange peut désormais contempler de ses yeux –, retentit une explosion qui fait basculer son monde et celui de Sarai. Leur avenir ne tient désormais plus qu'à un fil, celui que manipule par la…