Accéder au contenu principal

Ne Tirez pas sur l'Oiseau Moqueur

Auteur: Harper Lee
Éditions: Le livre de poche
4ème de couverture:
Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.
Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au coeur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès et reçut le prix Pulitzer en 1961. Il ne suffit pas en revanche à comprendre pourquoi ce roman est devenu un livre-culte aux Etats-Unis et dans bien d'autres pays, pourquoi, lors d'une enquête réalisée aux Etats-Unis en 1991, sur les livres qui ont changé la vie de leurs lecteurs, il arrivait en seconde position, juste après la Bible.
 
Le livre objet:
Comme toujours, j'aime avoir mes classiques en poche tout simple. Bon, pas grand chose à dire sur la couverture si ce n'est qu'on a vu mieux... C'est finalement le contenu qui est intéressant puisqu'on retrouve, après l'histoire, une postface nous apprenant diverses choses. J'ai quand même appris la base perso : l'auteur, c'est une femme (ben oui.) et le livre a reçu le Pulitzer en 61 (Ah quand même!).
***

J'ai beaucoup aimé ce livre. Ce n'est pas un de ces bouquins qu'on dévore en une nuit (assise sur le sol de la salle de bain... ahem.) parce qu'il  nous est viscéralement impossible de le reposer. Ce n'est pas non plus un livre qui, une fois fini, réveille une espèce d'euphorie en vous que vous avez besoin d'extérioriser (... Vous savez comme une cocotte minute qui chauffe, chauffe, chauffe pendant tout le livre et à la fin de votre lecture vous avez tellement aimé que vous faites le bruit de l'espèce de bouchon qui tourne... Au passage ce truc me faisait trop peur quand j'étais petite, j'étais persuadée que si je rentrais dans la cuisine il allait se détacher et voler comme une fusée à l'intérieur de mon crâne... C'était l'info indispensable du jour).
Ce livre, c'est simplement un livre excellent à sa manière. Il s'insinue doucement en vous, vous accroche à son histoire, à ses personnages, vous apprend des choses sur une époque si différente de la notre, vous énerve, vous plombe le moral, vous donne de l'espoir... Ce livre, il reste ancré en vous parce que d'une certaine manière, même si c'est une variation infiniment petite, il vous change, il vous fait grandir.

Ce que j'ai aimé:
- Même si ça m'a décontenancée au début, j'ai aimé que la narration vienne d'une petite fille (et quelle gamine!). Finalement, Harper Lee se sert de la "parole facile" des enfants pour dénoncer certaines croyances sociales et religieuses trop bien ancrées dans les années 30. Un enfant, ça dit ce que ça pense, c'est parfois touchant, parfois agaçant, mais on leur pardonne toujours leurs paroles, et on leur explique tout. Ainsi en passant par un tel récit, Harper Lee a pu dire ce qu'elle pensait de manière simple et sans jugement.
- L'humour présent tout au long du livre; que ce soit celui de Scout (la narratrice) ou bien celui d'Atticus, son père, dont elle rapporte parfois les paroles sans les comprendre ce qui la rend d'autant plus attachante au lecteur. C'est aussi ça qui est agréable dans ce livre: il peut se lire à plusieurs niveaux. C'est un bon récit d'initiation pour les enfants qui apprendront tout comme Scout certaines choses tout au long de ce livre, se sentant probablement perdus en même temps qu'elle. C'est aussi tout simplement un bon roman adultes ou jeune adulte comme moi qui souhaitent en apprendre plus (tout en cernant l'humour plus subtil de l'auteur, humour très agréable et intelligent au passage...).
- Un roman qui dénonce doucement les effets de préjugés raciaux et religieux sur les individus et nous montre la puissance de l'effet de groupe sur les décisions d'un homme.
- Atticus Finch: modèle de droiture, c'est un homme gentil, généreux et juste. Un père incroyable qui m'a émue plus d'une fois. Si tous les hommes éduquaient leurs enfants de cette manière, le monde ne serait pas tel qu'il est aujourd'hui...

Ce que je n'ai pas aimé:
- Une première partie posant le décors et nous permettant d'apprendre à connaître les personnages un peu longue... J'aurais aimé en savoir plus sur le travail d'Atticus en amont du procès ; cela dit je comprends que, puisque la narratrice n'est autre qu'une petite fille, ce n'était pas possible (et ce n'était pas non plus le but...).

En bref: Pour moi ce livre fait parti des livres qu'il est bon d'avoir lu ne serait-ce qu'une fois dans sa vie histoire de s'ouvrir à autre chose, histoire d'apprendre, de comprendre, de compatir aussi d'une certaine manière. A travers ce livre, vous passerez de l'incompréhension de certaines croyances à l'indignation de certains actes, tout en ayant la sensation d'assister à cela de vos propres yeux d'enfant grâce à une narration parfaitement maîtrisée.

A lire si: Vous avez envie de lire un classique américain qui saura vous toucher et vous offrir une belle leçon de tolérance.
A ne pas lire si: L'Alabama des années 30, franchement, ce n'est pas votre délire! Ce que j'aurais dit aussi il y a 4 jours remarquez...

Quand même, pour les réticents, je voudrais juste répéter qu'on est dans la tête d'une enfant... Autant vous dire que le style n'est pas pompeux ni trop lourd pour un "classique"... On lit pas du Zola là hein! (Pardon, j'aime pas Zola. Il se shoote à la description cet homme-là)


Commentaires

  1. J'adore ton billet car il résume à merveille ce que j'ai ressenti lors de ma lecture !
    Je ne pense pas oublier de sitôt la petite Scout, et je trouve super que ce roman fasse parti du programme scolaire américain... Merci :)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai en VO sur mon étagère depuis presque un an. J'avais envie de le lire depuis Le monde de Charlie, mais j'ai toujours pas passé le cap. Ton avis va t'il me remotiver ? C'est fort possible :p

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais envisagé de lire ce livre mais pourquoi pas :D

    RépondreSupprimer
  4. Aah il m'attend sagement dans ma pal, lui...Promis, je m'y met bientôt^^

    RépondreSupprimer
  5. Je voulais le lire pour l'année prochaine, et avec ta chronique ce livre me tente encore plus :)

    RépondreSupprimer
  6. A la base je pensais que l'auteur était un homme ^^
    J'avais trouvé le début long aussi mais beaucoup aimé parce que c'est intéressant. Comme toi je pense que c'est le genre de livres à lire au moins une fois, et la partie du procès était géniale >.<

    RépondreSupprimer
  7. Très belle chronique !
    J'avais lu ce livre parce qu'ils en parlaient beaucoup dans la saga 16 Lunes, j'étais curieuse ! Et bien que je l'ai trouvé un peu étrange au début j'en garde un très bon souvenir !

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de le finir et même si je suis moins emballée que toi, j'ai bien apprécié

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Je viens de découvrir que je pouvais mettre un message ici... Bonjour. Si vous laissez un commentaire vous aurez des crêpes au nutella.

Posts les plus consultés de ce blog

Cendrillon 2.0 : Le conte de fée d'une fangirl 100% geek !

 Autrice : Ashley Poston Éditions : Lumen   Résumé : Et si Cendrillon était une fan, une vraie ? La jeune Elle Wittimer, geek de son état, ne vit que pour Starfield, le grand classique de science-fiction dont son père était, lui aussi, un grand fan avant sa mort. Alors, quand le reboot de la mythique saga est annoncé au cinéma, elle croit devenir folle de joie. Sauf que c'est Darien Freeman, acteur de séries légères pour adolescents, qui décroche le rôle principal. Et ça, aux yeux d'Elle et de milliers de fans historiques du chef-d'œuvre, c'est intolérable. Martyrisée par sa belle-mère et ses deux demi-sœurs qui mènent la grande vie et la prennent pour leur domestique, elle a hâte de voler enfin de ses propres ailes après sa dernière année de lycée. En attendant, elle assassine le pauvre Darien à longueur de posts – s'assurant, à sa grande surprise, une audience de plus en plus large sur les réseaux sociaux. Alors, quand le tournage du film commence

La Guilde des Aventuriers de Zack Loran Clark & Nick Eliopulos

  Auteurs  : Zack Loran Clark & Nick Eliopulos Éditions : Bayard 434 pages – 15,90€   Résumé : Pierrefranche est l’une des dernières cités survivant à l’assaut des montres qui ont envahi le monde. Différentes guildes y organisent la résistance. Parmi elles, celle des Aventuriers à mauvaise réputation : 1-       Ses apprentis sont recrutés de force 2-       Ses membres meurent jeunes Zed, un demi-elfe aux pouvoirs magiques, est désigné pour rejoindre la guilde des Aventuriers. Son meilleur ami Bock décide alors de se porter volontaire pour l’accompagner. L’intrépide Liza, elle, née d’une famille de nobles, a toujours rêvé d’entrer dans la Guilde. Zed, Brock et Liza vont peu à peu découvrir, derrière les murailles de la ville, un monde aussi dangereux que merveilleux. Or, les Aventuriers sont la dernière ligne de protection de la ville…   Y’a pas à dire, la fantasy jeunesse c’est vraiment ce que je préfère ! Je me suis régalée avec La Guilde des Aventuriers qui e

A Dos d'Oiseaux de Sarah Marquis

    Autrice  : Sarah Marquis Éditions : Michel Lafon 303 pages – 19 ,95€   Bon. Disons le d’entrée… C’est un gros flop pour moi !   Résumé  : Tout commence par une vertèbre de dinosaure envoyée anonymement à Pumilla Isquarm, célèbre exploratrice qui se repose entre deux expéditions dans son chalet perdu au milieu des Alpes suisses... Cette énigme va amener Pumilla et son équipe jusqu'au fascinant désert de Gobi, en Mongolie, dont ils vont découvrir les rites ancestraux, les trafics insoupçonnés, et un lieu mystérieux, Shambhala, censé protéger la Terre.   Il y a quelques temps j’ai décidé de lancer une chaîne Booktube. Si vous la regardez, vous saurez que j’accorde beaucoup d’importance au style dans un livre (fiction, ou non). Pour moi, la qualité de la plume surpasse même l’intrigue en terme d’importance et avec A Dos d’Oiseaux… J’ai souffert. Fort. Ma chronique va être très courte. Les premières lignes m’ont suffit à comprendre que la plume de l’autrice n’étai