Accéder au contenu principal

VOX : Christina Dalcher nous offre un roman glaçant qui laisse sans voix...

Autrice : Christina Dalcher
Éditions : NiL
Traduction : Michael Belano
427 pages – 22,00 €

Résumé : Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…
Christina Dalcher nous offre avec Vox un roman dystopique glaçant qui rend hommage au pouvoir des mots et du langage.

Vox se déroule aux États-Unis dans un futur proche – même si les limites ne sont pas clairement défini – et fait froid dans le dos.

Là où ce livre est terriblement pertinent, c'est que le passé de l'héroïne, que nous découvrons au fil du roman, est notre présent à nous, lecteurs. Un présent où le féminisme résonne de plus en plus fort et où certains discours misogynes se développent ouvertement chez les plus conservateurs (et cons. J'ai le droit de le dire, c'est mon blog). Ainsi, le lecteur retrouve tant de similitudes entre son monde et celui créé par l'autrice, que le discours l'amène forcément à réfléchir sur notre société, ce qu'elle est et ce qu'elle pourrait devenir.

Le discours mêle la vie de Jean à des épisodes de son passé - plus ou moins proche – démontrant la montée de la religion et du désir de revenir à ce que les choses étaient lorsque la femme n'avait que le rôle de mère et femme au foyer. L'héroïne, prête à agir aujourd'hui, revient sur un passé où il ne lui semblait pas nécessaire de se montrer combative, de faire entendre sa voix. Malheureusement, c'est au moment où elle aurait bien besoin de cette voix pour se défendre, défendre les femmes et, surtout, défendre sa fille, qu'elle soit se contenter de 100 petits mots par jour.

Je dois avouer que lors des quelques jours durant lesquels j'étais plongée dans ce roman, je n'ai pu m'empêcher de « compter » mes mots. Et vous savez quoi les gars ? 100, c'est peu. Pour info, le résumé dans le cadre bleu en haut de la chronique fait 147 mots... Non seulement les femmes (et même les petites filles) ne peuvent parler mais elle sont surveillées afin de ne pas non plus s'exprimer par des signes... Ni ouvrir le courrier. Ni avoir accès internet sans la surpervision de son mari, ni (bien évidemment) quitter le pays etc etc.
Les femmes ne sont pas les seules à être mise au ban de la société et, si on les bâillonne, certains se voient directement envoyés dans des camps de répression tels que ceux qui refusent de se soumettre à ces nouvelles « normes », les homosexuels ou tout ceux considérés comme « perdus » pour cette nouvelle société Pure. Difficile, bien évidemment, de ne pas faire de parallèle avec la seconde guerre mondiale.

Malheureusement, deux choses m'ont particulièrement ennuyée dans un roman qui, sans ces « défauts », aurait été tout simplement parfait. L'héroïne est d'une platitude à me faire grincer des dents et, pour aller de pair avec ce côté « il manque quelque chose », la fin est plutôt décevante. Alors certes, c'est peut-être plus réaliste, mais c'est surtout extrêmement frustrant pour le lecteur qui espérait une fin en apothéose.

Bref, malgré des défauts assez frustrants, Vox reste une excellente dystopie qui ne peut que faire écho à l'actualité et à la montée en puissance d'un féminisme qui fait de plus en plus entendre sa voix. L'histoire, originale, est portée par une plume qui respire l'intelligence et le récit terriblement pertinent offre à réfléchir à la place des femmes, aux normes que l'on tente de nous imposer d'une manière parfois très insidieuse ou encore, des dangers du conditionnement religieux.

Commentaires

  1. Dommage pour les bémols. C'est un roman qui a l'air très intéressant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Je viens de découvrir que je pouvais mettre un message ici... Bonjour. Si vous laissez un commentaire vous aurez des crêpes au nutella.

Posts les plus consultés de ce blog

{CHRONIQUE} J'ai lu le pire livre de ma vie...

Autrice : Audrey Carlan Éditions : Hugo Roman Traduction : Lucie Marcusse Prix : Trop. Cher.
En temps normal, je ne chronique pas les livres que j'ai détesté et, si je suis obligée de le faire, j'essaie quand même d'expliquer ce qu'il y a de positif dans le livre (tout en restant honnête, bien sûr). Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre que j'ai vraiment, vraiment, VRAIMENT détesté. Je ne vais m'imposer aucune limite dans mon honnêteté, et ça va piquer. Ce qui me rassure, c'est que l'auteure a un succès monstre (enfin ça me rassure... Non, ça m'inquiète en vrai. M'enfin.) et que je ne vais donc pas tacler une petite auteure qui tente de se faire sa place.
Bref... Allons-y gaiement.
Résumé : Un homme au service des femmes. Découvrez le premier opus de l'agence de coaching dont vous ne pourrez plus vous passer. Faites la connaissance de Parker Ellis et ses comparses. La première mission de l'agence International Guy se dé…

Un Million de Minutes : Comment j'ai exaucé le souhait de ma fille et découvert le bonheur en famille - Wolf Küper

Auteur : Wolf Küper
Éditions : Actes Sud
325 pages - 22.50 €
Quelle jolie petite claque ! Je ne m'attendais pas du tout à cela lorsque j'ai commencé Un Million de Minutes; je pensais uniquement découvrir l'histoire d'une petite fille qui voit le monde différemment. Finalement, on assiste ici à la métamorphose du père grâce à sa fille et au voyage qu'ils entreprennent en famille.
4ème de couverture : C'est une histoire vraie. La petite Nina, quatre ans, est fâchée avec le temps. Dans le quotidien, elle est très lente et souvent elle n'y arrive pas du tout. Les médecins parlent de spécificités comportementales et cognitives. Débordant de vie, de rêves et d'imagination, elle est l'un des personnages attachants de ce livre. Lorsque Nina dit à son père : J'aimerais avoir un million de minutes avec toi. Rien que pour les jolies choses ? c'est le déclic. Sa mère, son père et le petit Monsieur Simon de six mois voyageront pendant deux ans (c&#…

Le Faiseur de Rêves, le 1er tome délicieux d'une duologie qui s'annonce parfaite

Auteure : Laini Taylor Éditions : Lumen Traduction : Sarah Dali 
ƸӜƷ
Je n'avais pas eu un coup de cœur si monumental depuis très (très très) longtemps. Voici pourquoi Le Faiseur de Rêves rejoint le podium de mes livres préférés.

Est-ce que je meurs d'envie de me faire tatouer le papillon? Serais-je accro à ce point? Oui. Vais-je le faire? Non, gardez toute aiguille loin de ma personne. Vais-je acheter un tatouage de ce papillon sur Etsy? Oui madame. 
ƸӜƷ
Résumé : Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.
Qu…