dimanche 21 février 2016

L'Assassin qui rêvait d'une Place au Paradis

Auteur. Jonas Jonasson
Éditions: Presses de la Cité

Ma dernière chronique sur le blog a été postée il y a un mois... J'ai honte.

J'ai donc eu la chance d'être sélectionnée par Babelio pour chroniquer : L'Assassin qui rêvait d'une place au Paradis... Malheureusement, je pense pouvoir définitivement tracer un trait sur l'auteur, Jonas Jonasson...

Résumé : Li-ber-té ! Après trente ans de prison, Johann Andersson, plus connu sous le nom de Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s'associe à Per Persson (réceptionniste sans domicile fixe) et à Johanna Kjellander (pasteure défroquée) pour monter une agence de punitions corporelles. Des criminels ont besoin d'un homme de main ? Dédé accourt ! Moyennant une large commission. Alors, le jour où il découvre la Bible et renonce à la violence, mettant en péril la viabilité de l'entreprise, Per et Johanna décident de prendre les choses en main. Game over Dédé !

Le résumé me plaisait beaucoup ; un peu de changement dans mes lectures ne me ferait pas de mal et puis, depuis le temps que je voulait le découvrir cet auteur ! Depuis Le Vieux qui ne Voulait Pas Fêter son Anniversaire, on entend beaucoup parler de lui et nombreux sont les auteurs à s'en inspirer à coup de titre à rallonge originaux (enfin de moins en moins originaux, du coup. Et ouais.).

Alors je me suis vraiment lancée dans ce livre avec entrain et déterminée à me marrer comme une baleine. Sauf que non en fait. Parce que je ne dois pas avoir ce qu'il faut en moi pour trouver le style de l'auteur charmant. 

Afficher l'image d'origine
Je n'ai pas aimé :
  • Toutes les actions qui s'enchaînaient très vite ce qui peut être un style en soi. Sauf que là, ça allait même TROP vite. On survole absolument tout dans ce livre sans réellement pouvoir se poser une seule fois. Cela a pour effet d'en faire un livre qui se lit vite, c'est sur... Sauf que non. Vraiment. Non.
  • Les relations entre les protagonistes qui prenaient forme en laissant le lecteur à l'écart. Mais vraiment. J'étais frustrée de ne pas voir évoluer tout ce petit monde comme si j'en faisais partie – alors que bon, c'est ça le but d'un livre: inviter le lecteur dans un univers de manière à ce qu'il n'ait plus la sensation de lire, tant il est happé dans l'histoire.
  • La narration à la troisième personne qui ne pense pas à réellement suivre Dédé le Meutrier mais qui se concentre sur le réceptionniste et le pasteur. En refermant le livre j'ai appris une chose sur Dédé : il n'est pas futé. Voilà, c'est le message général....

J'ai aimé :
  • L'idée de base, moi, elle me motivait bien ! Enfin c'était quand je pensais que Dédé aurait un peu plus de « consistance » et de charisme qu'un fond de bouteille de rouge. Oui. Dédé est un alcoolique.
  • L'auteur qui se moque clairement de la religion et dénonce … Ben en fait absolument tout. Il démontre le ridicule de beaucoup de chose et se montre parfaitement logique lorsqu'il « étudie » quelques passages de la Bible, les rendant tout simplement impossible. Je pense ne pas me tromper en disant qu'à mon avis, Jonas Johansson, voit la religion comme une méga arnaque. Et ça, pardon, mais ça m'a fait bien marrer. 
    Afficher l'image d'origine
    Ahaha il est horrible ce gif. Essayez de le fixer pendant 20 secondes sans faire dans votre froc.
  • Le ton assez décalé et le détachement absurde des protagonistes vis-à-vis de la violence. Par moment c'était franchement Ubuesque. +1 monsieur.
  • Apprendre qu'en Suède, la monnaie, c'est des Couronnes... Ben oui je savais pas, pardon !

Bref, finalement quand on y réfléchit, c'est le fond mais pas la forme que j'ai aimé dans ce livre ! Donc, c'est « moins pire » que si ça avait été le contraire, non?^^
En fait, j'ai senti un auteur hyper intelligent mais peut-être trop pressé... Pour moi, l'Assassin qui rêvait d'Une Place au Paradis est un livre bâclé. Ou bien c'est ça, le style de l'auteur, l'absence d'approfondissement sur les personnages comme les actions, et alors là, je préfère renoncer à le lire ma malgré l'apparente intelligence des messages véhiculés ! :)

Afficher l'image d'origine

6 commentaires:

  1. Le Vieux qui ne Voulait Pas Fêter son Anniversaire m'avait bien plu, donc je pense tester un autre livre de l'auteur. Pourquoi pas celui-ci, malgré les points négatifs que tu soulèves... qui pourraient me gêner également.

    RépondreSupprimer
  2. Ouh, dommage :s j'avais beaucoup aimé le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire et je ne crois pas avoir retrouvé ces points négatifs-là, donc soit ces deux romans sont très différents, soit nous ne ressentons pas les choses de la même façon (ou les 2) ^^

    RépondreSupprimer
  3. Je suis un peu inquiète par rapport à ce livre, déjà que le résumé me tentait moyen, et j'en vois des avis mitigés...J'ai lu les deux premiers de Jonas JONASSON, et je les ai beaucoup appréciés (franchement, je te conseille L'analphabète qui savait compter si tu décides d'en lire un autre quand même). A voir, donc :/

    RépondreSupprimer
  4. Domage, il avait l'air vraiment sympas ce livre...

    RépondreSupprimer
  5. Je n'avais pas lu le premier, même si j'avais été attirée. Et celui-ci le fait bien envie aussi, d'autant que j'apprécie de plus en plus les auteurs nordiques. Mais du coup, peut-être que je l'emprunterai plutôt. Au cas où quoi.
    (Et oui, honte sur toi, j'espère que tu t'es flagellée pour la peine. Ahah)

    RépondreSupprimer
  6. Le Vieux qui ne Voulait Pas Fêter son Anniversaire ne m'avait pas du tout plu : beaucoup trop de critiques méga réjouissantes dessus, je m'attendais à du lourd et je me suis retrouvée avec un papy qui faisait tout péter et vivait n'importe quoi... Alors bon je vais passer mon tour pour celui-ci :p

    RépondreSupprimer

Je viens de découvrir que je pouvais mettre un message ici... Bonjour. Si vous laissez un commentaire vous aurez des crêpes au nutella.