Accéder au contenu principal

Médecine 2ème Année (Amour, coloc et stéthoscope) - Fanny Gayral

Autrice : Fanny Gayral
Éditions : Rageot
Sortie le 4 septembre 2019


Bon. Je viens de terminer ce roman et je suis partagée. Je DÉ-TES-TE être partagée.

Résumé : Après une année de révisions intenses, Célia vient de réussir le concours de 1re  année de médecine. Elle s’installe en coloc avec deux amies et commence un stage à l’hôpital dans un service de chirurgie. Là, elle découvre le travail des aides-soignantes, des infirmières et elle descend au bloc pour la première fois. Quand le chirurgien lui propose un poste d’aide-opératoire, Romain Rodiac, fils d’un professeur réputé de l’hôpital, intervient. Lui aussi est intéressé...

Puisque j'ai du mal à mettre de l'ordre dans mes idées, je vais repartir sur le bon vieux format « j'ai aimé / je n'ai pas aimé ». Let's do this amigos !

Ce que j'ai aimé :
  • J'ai apprécié de suivre Célia au cours d'une partie de ses études. La médecine m'a toujours terriblement intéressée et l'autrice, Fanny Gayral, elle-même médecin généraliste, nous plonge dans l'univers de l'apprentissage médical avec finesse.
  • Médecine 2ème année est un contemporain ado/jeune adulte efficace car il respecte tous les codes du genre : questionnements sur soi-même, amitié, famille, romance... On se sent bien auprès de l'héroïne et de ses amis et on se laisse très facilement prendre au jeu de ce roman qui se lit tout seul.
  • L'écriture est fluide, tout comme le rythme. Encore une fois, les 238 pages se tournent toutes seules et le lecteur passe un très bon moment.

Ce que je n'ai pas aimé :
  • Certains « problèmes » semblent passer à la trappe sans même que l'autrice n'ait songé à offrir quelques réponses aux lecteurs à ce sujet. Plus particulièrement, un début quelque chose de potentiellement romantique avec quelqu'un s'évanouit dans les airs à tout jamais... Ledit personnage et ses problèmes qui semblaient assez profond sont là à une minute et... POUF!... Disparus.
    Le dernier passage où l'on croise ce personnage, quelque chose se passe et, FORCEMENT, le lecteur veut en savoir plus... Mais non. Ok.

    (J'ai contacté la maison d'édition mais je n'ai pas pu obtenir d'info quant à une éventuelle suite. Si une suite voit le jour, c'est une super nouvelle pour toutes les questions sans réponse et vous pourrez oublier ce premier point !) 
  • Si j'ai passé un moment agréable et distrayant avec ce roman, je dois bien avouer que je sais d'avance qu'il ne me marquera pas. Il manquait quelque chose ; du relief, de l'action, du bruit... je ne sais pas exactement quoi. Mais il manquait vraiment quelque chose.

Bref, si Fanny Gayral nous offrait une suite à ce roman, malgré tout, je n'hésiterais pas à la lire une seule seconde ! J'ai eu beaucoup de plaisir à partager un pan de la vie de Célia et de rencontrer ses amis ; particulièrement Pablo. De plus, j'aimerais réellement en savoir davantage sur la psychologie des personnages, leur évolution et, surtout, les voir s'émanciper de certaines formes d'autorité qui les écrasent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La Guilde des Aventuriers de Zack Loran Clark & Nick Eliopulos

  Auteurs  : Zack Loran Clark & Nick Eliopulos Éditions : Bayard 434 pages – 15,90€   Résumé : Pierrefranche est l’une des dernières cités survivant à l’assaut des montres qui ont envahi le monde. Différentes guildes y organisent la résistance. Parmi elles, celle des Aventuriers à mauvaise réputation : 1-       Ses apprentis sont recrutés de force 2-       Ses membres meurent jeunes Zed, un demi-elfe aux pouvoirs magiques, est désigné pour rejoindre la guilde des Aventuriers. Son meilleur ami Bock décide alors de se porter volontaire pour l’accompagner. L’intrépide Liza, elle, née d’une famille de nobles, a toujours rêvé d’entrer dans la Guilde. Zed, Brock et Liza vont peu à peu découvrir, derrière les murailles de la ville, un monde aussi dangereux que merveilleux. Or, les Aventuriers sont la dernière ligne de protection de la ville…   Y’a pas à dire, la fantasy jeunesse c’est vraiment ce que je préfère ! Je me suis régalée avec La Guilde des Aventuriers qui e

Cendrillon 2.0 : Le conte de fée d'une fangirl 100% geek !

 Autrice : Ashley Poston Éditions : Lumen   Résumé : Et si Cendrillon était une fan, une vraie ? La jeune Elle Wittimer, geek de son état, ne vit que pour Starfield, le grand classique de science-fiction dont son père était, lui aussi, un grand fan avant sa mort. Alors, quand le reboot de la mythique saga est annoncé au cinéma, elle croit devenir folle de joie. Sauf que c'est Darien Freeman, acteur de séries légères pour adolescents, qui décroche le rôle principal. Et ça, aux yeux d'Elle et de milliers de fans historiques du chef-d'œuvre, c'est intolérable. Martyrisée par sa belle-mère et ses deux demi-sœurs qui mènent la grande vie et la prennent pour leur domestique, elle a hâte de voler enfin de ses propres ailes après sa dernière année de lycée. En attendant, elle assassine le pauvre Darien à longueur de posts – s'assurant, à sa grande surprise, une audience de plus en plus large sur les réseaux sociaux. Alors, quand le tournage du film commence

A Dos d'Oiseaux de Sarah Marquis

    Autrice  : Sarah Marquis Éditions : Michel Lafon 303 pages – 19 ,95€   Bon. Disons le d’entrée… C’est un gros flop pour moi !   Résumé  : Tout commence par une vertèbre de dinosaure envoyée anonymement à Pumilla Isquarm, célèbre exploratrice qui se repose entre deux expéditions dans son chalet perdu au milieu des Alpes suisses... Cette énigme va amener Pumilla et son équipe jusqu'au fascinant désert de Gobi, en Mongolie, dont ils vont découvrir les rites ancestraux, les trafics insoupçonnés, et un lieu mystérieux, Shambhala, censé protéger la Terre.   Il y a quelques temps j’ai décidé de lancer une chaîne Booktube. Si vous la regardez, vous saurez que j’accorde beaucoup d’importance au style dans un livre (fiction, ou non). Pour moi, la qualité de la plume surpasse même l’intrigue en terme d’importance et avec A Dos d’Oiseaux… J’ai souffert. Fort. Ma chronique va être très courte. Les premières lignes m’ont suffit à comprendre que la plume de l’autrice n’étai